top of page
Rechercher

Les énigmes du décodage biologique - le système ORL



Au final, le décodage biologique c'est un peu comme une éngime : il s'agit de comprendre le message symbolique que nous exprime le corps. Il est bien clair que certains messages sont plus accessibles que d'autres, et que chaque histoire familiale amène des variantes. Mais j'ai trouvé qu'il serait intéressant de pouvoir vous exprimer quelques pistes de réflexions ici sur le système ORL :


Les YEUX : les yeux me permettent de voir, d'interpréter ce que je viens de voir. Si je développe une infection aux yeux, je peux déjà me demander quelle est la scène que je n'aurais pas voulu voir ? qu'est-ce qui a été difficile à regarder ? qu'est-ce que j'ai perdu de vue ? quel est le regard de l'autre personne que je suis en train de perdre ? quel manque de protection lié à ce que je vois ?

Une expression française qui illustre bien le sujet : "de la poudre aux yeux"

On peut aouter à cela quelques éléments classiques des pathologies connues :

Myopie : le danger est proche de moi, j'ai peur qu'il s'approche trop près - agression

Astigmatie : je n'accepte pas la réalité que je vois, je veux la transformer

Hypermétropie : j'ai peur du danger lointain, de l'avenir



Les OREILLES : les oreilles me permettent d'entendre, d'interpréter ce qu'il se dit ou ce qu'on me dit. Sur la même logique que les yeux, je peux me demander quelle est la discussion que j'ai été obligé d'entendre et qui m'a blessé ? Quelle information orale m'a échappé ? Quelle parole ne m'a pas été dite ? Laquelle de mes paroles n'a pas été écoutée ?

Une expression française qui illustre bien le sujet : "je n'en crois pas mes oreilles".


Le NEZ : l'odorat est vital dès la naissance, il nous permet de nous alimenter pour la première survie (odeur du lait maternel, recherche du sein). Quand les muqueuses nasales sont encombrées, on peut se demander ce qui sent mauvais pour moi ? de quelle personne je souhaite éliminer l'odeur ? Avec qui je suis en froid ? Pour les sinus au sens large, on pourra également se questionner sur ce que je redoute, insinue.

Une expression française qui illustre bien le sujet : "ça sent mauvais pour moi, ça pue !", "Ce coup-là, je ne le sens pas".


La BOUCHE : les amygdales en disent long également. Pour tout mal de gorge, on pourra se demander ce que je n'ai pas réussi à dire ? Quel morceau je n'arrive pas à avaler, ou à cracher ? Quelle est l'information que je n'ai pas pu attraper et avaler? La gorge est une symbolique de l'angoisse, on parle d'ailleurs de gorge nouée.

Les aphtes mentionnent un conflit de parole qu'on ne dit pas et qui se retourne contre soi-même : qu'est-ce que je n'ai pas pu dire, exprimer ? qu'ai-je dit qui me brûle maintenant la bouche ?

Et les dents et gencives ? Les dents parlent du mordant excessif ou absent, ou de la dévalorisation face à celui qui ne m'écoute pas : j'ai mordu et je ne veux plus être agressif, ou à l'inverse je souhaite mordre mais je n'ai pas le droit, ma parole ne compte pas.



26 vues0 commentaire

Kommentare


bottom of page